Editorial

EXPULSIONS : AVEC LE MAIRE AU TRIBUNAL.

, par Pierre-Alain Millet

Le Maire de Vénissieux avait pris comme chaque année, des arrêtés anti-expulsions, coupures et saisies, et le préfet ne les avait pas dénoncés au tribunal... Certains se demandaient si le préfet était surmené ? Avait-il un doute ? Le gouvernement dans la suite de la loi logement allait-il innover ? Pas du tout, ce n’était qu’un retard...
Pourtant, la loi logement contient un chapitre sur le droit au logement qui dit vouloir réduire les expulsions. Comme il y aura demain moins de logements sociaux (...)

Articles les plus récents

  • PROJET RÉGIONAL DE SANTÉ AVIS DÉFAVORABLE DU CONSEIL MUNICIPAL

    , par Amina AHAMADA MADI

    L’Agence Régionale de Santé n’avait pas jugé utile de consulter les collectivités locales. La Ville s’est donc saisie elle-même pour donner un avis défavorable sur un projet qui manque d’ambition pour les politiques publiques de santé et qui reste muet sur le bilan des restructurations suivies depuis des décennies.
    Comment croire à un tel projet alors que les hôpitaux continuent à supprimer des lits ?
    Depuis 2015, les HCL suppriment chaque année des postes dans tous les domaines. Le service nettoyage (...)

  • CONTRACTUALISATION ÉTAT / COLLECTIVITÉS

    , par Michèle Picard

    Dans le même esprit que la suppression de la taxe d’habitation, la contractualisation est une mise au pas des collectivités, amoindries dans leur autonomie, privées de leur liberté de choix et de leurs missions.
    L’État s’immisce dans la construction souveraine des budgets. Cela constitue la remise en cause de la décentralisation et du principe constitutionnel de libre administration des collectivités territoriales. Les prétendus « contrats » ne sont, en vérité, qu’une mise sous contrôle de nos (...)

  • VŒU DE LA MAJORITÉ MUNICIPALE - CONTRACTUALISATION

    Avec la contractualisation, le gouvernement met en place un mécanisme de contrôle des collectivités locales qui défait le principe de leur libre administration.
    Ce n’est pas nouveau. Depuis des années, les réformes fiscales et institutionnelles, visent à réduire la place originale des communes dans la République Française.
    La loi MAPTAM de 2012 a accéléré la concentration des compétences et des ressources dans les métropoles. Les baisses de dotation ont fragilisé les ressources des Villes, l’exonération (...)

  • COMPTE ADMINISTRATIF. Des dépenses publiques pour le service public !

    , par Pierre-Alain Millet

    Le FN, la droite, les socialistes en marche, demandent tous la baisse des dépenses publiques. Il faut comprendre : baisse des aides au logement, des services publics, des remboursements de soins, des retraites...
    Les dépenses publiques sont les dépenses utiles aux habitants, et elles ont l’énorme avantage de pouvoir être contrôlées par le contribuable. C’est d’ailleurs un principe constitutionnel, chacun doit pouvoir contrôler l’usage des fonds publics. Mais qui peut espérer contrôler l’usage des (...)

  • COMMENT DÉFENDRE NOS SERVICES PUBLICS

    , par Serge.truscello

    Après le transfert de la taxe professionnelle aux intercommunalités puis sa suppression, la baisse des dotations de l’État, la suppression programmée de la taxe d’habitation, cette contractualisation vient renforcer le contrôle de l’État, faire reculer encore un peu plus le principe de libre administration des communes. Il faut y ajouter les rapports de la cour des comptes qui depuis maintenant plusieurs années deviennent de plus en plus intrusifs en s’ingérant dans les choix politiques faits par les (...)

  • RATIO D’AVANCEMENT

    , par Véronique Callut

    Les élus de la majorité municipale sont et seront toujours du côté des fonctionnaires publics territoriaux qui défendent leurs droits et leur statut.
    La mobilisation des agents est légitime et le rôle des syndicats indispensable dans les instances paritaires. Nous croyons aux vertus de la négociation. Concernant le ratio d’avancement, chacun a bien pris conscience que le taux unique à 100% était impossible et sans doute non justifié.
    Comme toutes les collectivités, la Ville ne fait pas de bénéfice, (...)

  • La droite réactionnaire contre l’art et l’émancipation humaine.

    Christophe Girard se lâche en conseil municipal avec un discours estomaquant sur la culture. Il aura, pour un artiste d’envergure international, exposé à l’espace Madeleine Lambert, des propos effrayants.
    Monsieur Girard a visiblement été heurté par une exposition poétique et philosophique.
    En laissant des messages qui interpellent et peuvent parfois mettre mal à l’aise, l’artiste tend un miroir sur le monde et attire notre attention sur des blessures. Né à Sarajevo où il vivait encore pendant la (...)

  • Désolés, monsieur Ben Khelifa, la SACOVIV n’est pas à vendre !

    Mr Ben Khelifa, socialiste en marche, demande pourquoi faire un plan de la SACOVIV à 10 ans puisque la loi logement va l’obliger à être reprise par un grand bailleur ? Et bien non ! La loi permet aussi de créer des sociétés de coordination et la SACOVIV n’est donc pas à vendre ! Elle travaillera avec d’autres bailleurs comme elle le fait pour l’informatique, mais elle restera la SEM de la (...)

  • MON TRAIN J’Y TIENS !

    , par Jean-louis Piedecausa

    Le mouvement des cheminots a surpris le gouvernement qui le croyait isolé dans l’opinion publique après les déboires et accidents qu’avait connu la SNCF, mais c’est le contraire qui se produit.
    Les Français ont bien compris qu’il s’agit derrière le statut et la dette, d’engager la privatisation du rail pour fermer des lignes et des gares non rentables, supprimer des milliers d’emplois, et laisser quelques grands groupes faire des profits sur les activités rentables, avec des subventions publiques, (...)

  • POUR LA DÉFENSE DES STATUTS

    , par Aurélien Scandolara

    À l’heure où le gouvernement poursuit l’offensive libérale contre les conquis sociaux (protection sociale, code du travail, statut des fonctionnaires et des cheminots) la préservation de l’intérêt général est un enjeu majeur.
    Tous les mécanismes sont mis en place pour casser le statut de la fonction publique avec un objectif affiché de moins 120 000 postes de fonctionnaires dont 70 000 dans la territoriale.
    Le statut de la fonction publique est incompatible avec une vision économique et capitaliste. (...)

Sites favoris Tous les sites

7 sites référencés au total