Editorial

Ils ne pensent qu’à ça !

, par Pierre-Alain Millet

Décidément, Les citoyens ont la clé pour bousculer une vie politique dominée par les médias et les effets d’annonce. Le président Macron qui se croyait Jupiter descend un peu de son piédestal, et tente de faire croire qu’il a entendu les Français. Pari difficile car les luttes sociales bousculent tout ! Les gilets jaunes, les blouses blanches, les drapeaux rouges montrent qu’il ne faut jamais attendre un bulletin de vote pour peser.
Au contraire, c’est dans l’action qu’on peut juger de la vérité des (...)

Articles les plus récents

  • Qualité du service public d’élimination des déchets.

    , par Michèle Picard

    Après 17 jours de grève, les éboueurs du service de collecte de la Métropole de Lyon ont repris le travail.
    Les conséquences de ce mouvement ont été très importantes avec des centaines de m3 de déchets présents dans l’espace public. Les services de la Ville ont travaillé quotidiennement avec les services de la Métropole pour identifier et enlever des points noirs gênant la circulation des piétons, en particulier à proximité des écoles. Les problèmes sanitaires et sécuritaires ont également été traités. (...)

  • Soutien à la grève des éboueurs

    , par Aurélien Scandolara

    Les agents de la Métropole réclamaient la revalorisation de leur prime, le maintien du double Reeper pendant le ramassage, ainsi que des améliorations de leurs conditions de travail.
    Après une lourde bataille, ils ont réussi à avoir gain de cause avec une prime de pénibilité et insalubrité de 69 euros mensuels et une prime d’intéressement de 300 euros par an.
    Ce conflit nous interpelle sur la rémunération des agents publics avec un point d’indice gelé depuis 2010 alors que l’inflation a progressé de (...)

  • Projet éducatif de territoire

    , par Michèle Picard

    Le 2 octobre dernier, les parents vénissians ont opté pour l’organisation de la semaine scolaire sur quatre jours. Avant la consultation, nous avons travaillé avec les parents, les enseignants, présenté les enjeux pour les enfants, ébauché tous les scénarii possibles, et fourni l’ensemble des éléments tant financiers qu’éducatifs. Nous avons mis en œuvre le choix exprimé par les parents. Le passage à quatre jours nous a amenés à bâtir et élaborer un nouveau projet éducatif de territoire, pour la période (...)

  • Tarifs municipaux

    Les tarifs pratiqués par la Ville de Vénissieux sont parmi les plus accessibles de l’agglomération lyonnaise. Ceci n’est pas le fruit du hasard mais d’une volonté politique. Celle de permettre, à l’ensemble de la population, l’accès au sport, à la culture, à l’éducation, à la restauration. Revenir à la semaine de quatre jours, c’est sortir du cadre de la loi Peillon et perdre le fonds de soutien, soit 800 000€. La Ville s’engage à combler le manque à gagner à hauteur de 500 000€. Mais dans le cadre de la (...)

  • Ben khélifa et Girard : une opposition « Y’a qu’à / faut qu’on »

    L’opposition à Vénissieux, pratique la surenchère, imagine des solutions surréalistes, sans se soucier, à aucun moment, des contraintes budgétaires, et de l’étranglement financier orchestré par Emmanuel Macron et la République en Marche. C’est l’opposition « Y’a qu’à » ou « Faut qu’on », en orbite, quasi lunaire, si éloignée des réalités qu’elle en deviendrait Jupitérienne. Il serait temps qu’elle redescende sur terre et cesse de prendre les Vénissians pour des imbéciles (...)

  • La défense de l’école

    , par Marie-Christine Burricand

    Concernant les rythmes scolaires, la ville respecte ses engagements : dire ce que nous faisons et faire ce que nous disons est pour nous une ligne de conduite.
    Nous réaffirmons notre ambition éducative dans le cadre du retour à la semaine de 4 jours et du maintien du périscolaire, selon la volonté majoritaire des parents exprimée lors de la consultation. Notre projet éducatif de territoire s’inscrit autour de la volonté de réduire les inégalités d’accès au savoir, aux activités culturelles, (...)

  • Restauration scolaire

    , par Michèle Picard

    J’ai entendu beaucoup de contre-vérités, de raccourcis et de démagogie depuis l’inauguration de la nouvelle cuisine centrale.
    Notons cette contradiction ahurissante, dont l’opposition est coutumière : ceux qui se livrent à la surenchère sur la diversification alimentaire, sont les mêmes qui ont voté contre le projet de la cuisine centrale. En clair, et il faut le dire aux Vénissians, ils parlent des menus, des contenus, se livrent à des sur-commentaires, alors que tous n’avaient en fait qu’une envie : (...)

  • Manger ensemble

    , par Serge.truscello

    Construire une proposition articulant laïcité et inclusion sociale et éducative, c’est notre volonté avec cette nouvelle offre de restauration.
    Vivre ensemble, jouer ensemble, manger ensemble, on pourrait ajouter apprendre ensemble, c’est l’objectif qui structure toute notre réflexion et pas seulement dans le domaine de la restauration scolaire.
    Le travail réalisé dans les écoles avec l’engagement des DDEN sur la question de la laïcité, ce qui est réalisé dans les équipements polyvalents jeunes, les (...)

  • La machinerie - Scène d’Intérêt National

    , par Michèle Picard

    Un petit rappel historique et quelques éclaircissements s’imposent au sujet du label SMAC, Scènes des Musiques Actuelles.
    Pendant trois ans, quatre équipements culturels métropolitains ont travaillé ensemble sur ce projet de SMAC partagée, chacun avec ses singularités et son positionnement. Bizarre ! se situait plus dans l’accompagnement, la médiation et les cultures urbaines, l’Épicerie moderne dans l’organisation de gros concerts de labels étrangers, le Marché-Gare orienté plutôt vers les labels (...)

  • SACOVIV

    , par Pierre-Alain Millet

    La présentation du rapport annuel de la fondation Abbé Pierre s’est tenue vendredi 5 avril à Lyon.
    Les chiffres sont terribles, et les témoignages sont poignants, mais il n’y avait que deux élus de la métropole présents, André Gachet et moi-même. Visiblement, ce sujet n’a intéressé ni Mr Girard, ni Mr Duraud, ni Mr Ben Khelifa. On peut critiquer la SACOVIV bien sûr, mais elle est comme tous les bailleurs sociaux publics, un outil au service du logement social, avec certainement des insuffisances, mais (...)

Sites favoris Tous les sites

7 sites référencés au total

Brèves Toutes les brèves