PROJET RÉGIONAL DE SANTÉ AVIS DÉFAVORABLE DU CONSEIL MUNICIPAL La lettre des élus communistes et apparentés de Vénissieux N°47- Juillet 2018

, par  Amina AHAMADA MADI , popularité : 14%

L’Agence Régionale de Santé n’avait pas jugé utile de consulter les collectivités locales. La Ville s’est donc saisie elle-même pour donner un avis défavorable sur un projet qui manque d’ambition pour les politiques publiques de santé et qui reste muet sur le bilan des restructurations suivies depuis des décennies.

Comment croire à un tel projet alors que les hôpitaux continuent à supprimer des lits ?

Depuis 2015, les HCL suppriment chaque année des postes dans tous les domaines. Le service nettoyage est remplacé par une entreprise privée, qui exploite des femmes non formées, qui doivent faire en 2 heures ce qui se faisait en une journée. Désormais, il faut être productif, au détriment de la santé publique et au risque des maladies nosocomiales.

Aux urgences il faut compter minimum 6 heures d’attente ; pour obtenir un rendez-vous avec un spécialiste, plus de 3 mois de délais. Pour le bureau des entrées, c’est encore 2 heures pour faire son admission et obtenir les fameuses étiquettes.

Derrière cela, les agents sont sous pression, il faut aller très vite, il faut « déblayer les patients » et surtout faire de bons dossiers pour la facturation. C’est une situation catastrophique qui engendre des stress et donc des arrêts maladie qui s’ajoutent au manque d’effectif. Nous connaissons les conséquences : dégradation des conditions de travail, engorgement des urgences, désert médical y compris en zone urbaine.

Ce Projet de santé ne permettra pas d’arrêter l’hémorragie. Les conditions de travail et donc d’accueil des patients continueront de se dégrader. C’est pourquoi nous soutenons les luttes des services d’urgence, des EPHAD, de tous les métiers de la santé, infi rmiers, aides-soignants, personnels d’entretien, médecins...