Question sécurité des données Conseil municipal du 15 octobre 2018

, par  Véronique Forestier , popularité : 62%

Je veux assurer les Vénissians usagers des services publics de l’importance que le maire et son équipe accorde à ce sujet de la protection des données numériques personnelles.

Vous savez tous que nous faisons face à la marchandisation des données personnelles par les grands acteurs du web, et que cela est une porte ouverte à la cyber-criminalité, avec l’exemple le plus récent des 30 millions de compte facebook piratés, après ceux de google, et vous avez sans doute entendu parler des attaques répétées contre tous les serveurs de messagerie, par des hackers qui cherchent à récupérer vos mots de passe pour utiliser votre compte messagerie pour du spam. Vous n’avez peut-être pas entendu parler de l’éclairage public de la ville de Nice qui a été coupé par un hacker il y a quelques temps... et vous avez peut-être oublié l’attaque mondiale qui a mis à genoux les systèmes informatiques du groupe Renautl entre autres. Le Parisien évoquait pour cette attaque un revenu mondial de 1 milliards de dollars pour les hackers... Au passage, cette attaque utilisait des outils de piratage développés par l’agence de renseignement américaine NSA…

C’est pourquoi nous travaillons en permanence à renforcer notre démarche de sécurisation de notre infrastructure, de nos applications et de nos services aux habitants. Mais la fragilité d’une chaine est toujours celle de son maillon le plus faible, matériel, systèmes, applications, éditeurs, services, usagers... C’est un enjeu qui doit faire évoluer tous les acteurs et dans le cas précis, c’est l’éditeur qui doit se mettre très rapidement à jour.

Il faut cependant savoir que c’est une des forces du SITIV qui déploie pour tous nos équipements un réseau numérique dit de confiance, un réseau privé qui protège nos serveurs. La sécurité représente une dépense annuelle de maintenance de près de 100K€ au SITIV avec 2 équivalents temps pleins. C’est pourquoi nous avons résisté à de nombreuses attaques sur nos messageries.

De même, la ville a mis en place son référent pour la protection des données personnelles, qu’on appelle un DPO et nous sommes plutôt en avance sur l’ensemble des villes dont seulement un millier l’ont fait selon un rapport récent de la CNIL.

La présidente de la CNIL évoquait d’ailleurs l’enjeu des moyens nécessaires pour assurer la protection des données. Je la cite : "L’introduction du RGPD nécessite des efforts considérables et met notre organisation fortement sous tension. (...) Cela devient difficile.Il est donc nécessaire d’ajuster les ressources de la CNIL"

Encore une fois, au lieu de taper sur les agents des services publics qui font au mieux leur travail, vous feriez mieux de dénoncer les criminels et de vous battre avec nous pour que nos collectivités aient les moyens nécessaires pour assurer leurs missions de services publics dans les meilleures conditions, y compris en prenant en compte cette transition numérique nécessaire mais qui est aussi un nouveau front de délits et de crimes.