Manger ensemble La lettre des élus communistes et apparentés de Vénissieux N°52- Avril 2019

, par  Serge.truscello , popularité : 22%

Construire une proposition articulant laïcité et inclusion sociale et éducative, c’est notre volonté avec cette nouvelle offre de restauration.

Vivre ensemble, jouer ensemble, manger ensemble, on pourrait ajouter apprendre ensemble, c’est l’objectif qui structure toute notre réflexion et pas seulement dans le domaine de la restauration scolaire.

Le travail réalisé dans les écoles avec l’engagement des DDEN sur la question de la laïcité, ce qui est réalisé dans les équipements polyvalents jeunes, les maisons de l’enfance, les centres sociaux, sur le respect des différences ou encore l’impulsion donnée au sport féminin, tout cela fait partie de cette même démarche du vivre ensemble.

Le fait que la question de la restauration scolaire soit un sujet de débats importants depuis de nombreuses années en France comme sur notre ville démontre que celle-ci n’est pas simple.

La demande de repas sans viande, devenu repas végétarien avec possibilité d’une entorse pour le poisson, est portée par une volonté de limiter sa consommation de viande ou bien par la volonté de respecter des pratiques religieuses. Sa prise en charge a nécessité une réflexion approfondie et la mise en place de moyens dont notamment le self et évidemment la construction d’une nouvelle cuisine centrale permettant la fabrication d’un plus grand nombre de repas.

L’obligation faite d’un repas végétarien par semaine pour tous, les alternatives aux produits carnés, de plus en plus nombreuses qui permettent de proposer un véritable choix aux enfants, équilibré, mais aussi pour développer leur curiosité gustative, culinaire, une alternative végétarienne pour tous. Tout cela structure notre proposition.

La commission laïcité a souvent débattu de cette question, car bien sûr il y a une volonté d’une partie de la population à manger végétarien, végétalien voire végan, quoique en 2018 la consommation de viande a été en augmentation en France, mais nous savons que ce n’est pas la majorité de ceux qui demandent des repas sans viande dans les cantines.

Pour nous la laïcité est une question importante, c’est ce qui structure notre vie dans bien des domaines. Elle permet en grande partie le vivre ensemble, le mélange des cultures tout en permettant à chacun de garder sa propre identité culturelle s’il le désire.

Elle permet à ce que les communautés ne vivent pas côte à côte, mais bien ensemble et garantit la liberté de culte et de conscience.

Cette proposition de fonctionnement satisfait à la fois les demandes exprimées en matière de composition des repas et notre poursuite de la recherche de tout ce qui peut favoriser, faciliter le vivre ensemble.