Accepter et se résigner ou protester et s’organiser pour agir ? Edito + lettre à télécharger

, par  Pierre-Alain Millet , popularité : 41%

La présidentielle a donc tout emporté, mais les difficultés restent : désindustrialisation, chômage, précarité, inégalités, mal logement, insécurité, incivilités, violences...

Le président Macron et son assemblée de députés aux ordres n’a pas de recette miracle. Le président est issu du système bancaire, promoteur de la mondialisation et de l’Europe. Les fermetures de sites, les licenciements vont continuer. Avec la loi travail promise, même dans les entreprises où les syndicats sont organisés, les salariés ne pourront plus espérer que le minimum. La réduction des dépenses publiques va continuer avec de nouvelles baisses de subventions aux associations, le non remplacement de postes dans les services publics au détriment des usagers. Bercy veut réduire les APL, les retraités vont payer la CSG, la SECU vendue aux amis assureurs de Macron.

Pour les millions d’électeurs qui ont cru en avril qu’en changeant le personnel politique, on pouvait changer de politique, pour les millions d’abstentionnistes qui ont considéré en juin qu’un député ne servait à rien, le pouvoir absolu qui s’installe va faire mal !

Les politiques d’austérité renforcée, de mondialisation accélérée et de dissolution de la France dans l’Europe vont rapidement placer notre peuple au pied du mur... Accepter et se résigner ou protester et s’organiser pour agir ?

A Vénissieux, les candidats d’une gauche de combat étaient divisés pour des raisons nationales malheureuses. L’addition de leurs suffrages les place pourtant en tête. Vénissieux peut tenir le cap à gauche ! Cela nous conforte pour continuer à réaliser le plan de mandat de l’équipe municipale en ouvrant largement la porte à tous ceux qui veulent agir contre l’austérité, pour les services publics, pour l’égalité et la fraternité !