LE SENS DE L’ENGAGEMENT POLITIQUE Edito + lettre n°49 à télécharger

, par  Pierre-Alain Millet , popularité : 66%

Le conseil municipal du 15 octobre aurait pu être un moment de rassemblement de toutes les forces vénissianes sur trois urgences pour notre ville, la régie de quartier, la mission locale, et les moyens de la politique sportive.
- La régie de quartier tente de se sortir de difficultés de gestion anciennes, dans une activité d’insertion difficile, elle avait besoin d’un prêt de trésorerie pour passer le cap de son redressement devant le tribunal...
- La mission locale que la ville a prévu d’installer dans de nouveaux locaux de la maison des services publics des Minguettes abandonnée par la préfecture, et elle se retrouve face à une réforme du gouvernement qui veut faire absorber les missions locales par pôle-emploi...
- Les clubs sportifs de Vénissieux dans leur ensemble protestent avec tout le monde sportif contre la baisse du budget du sport au moment même où il faudrait mobiliser toutes les énergies pour la réussite des jeux olympiques de 2024 à Paris...

Trois sujets où le conseil municipal aurait pu être unanime ou presque ! Mais non, les trois élus « socialistes » macronisés ont refusé d’apporter leur soutien à ces trois actions vénissianes. Pour ne pas voter comme le maire ? C’est vraiment dérisoire !

Quand la politique s’abaisse à un tel manque de courage, on peut comprendre que les citoyens s’en éloigne ! Pour 89 % des sondés, les responsables politiques ne se préoccupent pas de ce que pensent les gens. Ce n’est heureusement pas le cas dans notre ville dont 61% des habitants jugent positivement le travail de l’équipe municipale... Cela tombe bien, la force de notre ville, c’est l’avis des Vénissians, et tant pis si cela ne colle pas toujours avec le discours métropolitain ou présidentiel !