FONDS D’AIDE AUX JEUNES - Intervention Conseil municipal du 15 octobre 2018

, par  Saliha PRUD’HOMME-LATOUR , popularité : 66%

Madame le Maire, Mesdames, Messieurs

Aujourd’hui en France, 9 millions de nos concitoyens vivent en dessous du seuil de pauvreté, dont 1 enfant sur 5, environ 9 % de la population active est au chômage ,4 millions de personnes sont mal logés, 3 millions de retraités renoncent à se soigner faute de moyens…

A Vénissieux, c’est environ 30% de nos concitoyens qui vivent en dessous du seuil de pauvreté.

Au vu de ces chiffres, il était temps que le gouvernement le 13 septembre dernier déploie son plan de lutte contre la grande pauvreté, mais qui reste un plan bien pauvre.
Quelques bonnes mesures, revalorisation de la prime d’activité, formation obligatoire jusqu’ à 18 ans, agir dès l’enfance, dès l’adolescence, chiche mais quels moyens vont être donnés aux collectivités territoriales ?

Notre ville n’a pas attendu le gouvernement pour déployer des politiques sociales locales comme la tarification sociale pour la restauration scolaire, comme la création de places en crèches pour les personnes en insertion sociale et professionnelle, comme les clauses d’insertion dans les marchés publics, comme les actions mises en œuvre par l’atelier santé ville…,les aides sociales….
Le rapport de l’OBS dit qu’il faut 6 générations pour sortir de la pauvreté…

Dans ce plan, rien n’est prévu pour sortir aujourd’hui les ménages de la précarité, les familles monoparentales, pas de revalorisation du RSA, pas de RSA pour les moins de 25 ans, effort très insuffisant pour l’hébergement des familles, aucune mesure contre la pauvreté des migrants, baisse du budget emploi, aucune mesure pour les personnes âgées.
La hausse de la CSG , la suppression des contrats aidés, la baisse des APL, la non revalorisation des retraites, ont représenté près de 6 milliards d’euros d’économies selon l’Uniopss, on enlève aux plus modestes…

Notre pays est la 7ème puissance économique mondiale, une personne sur cinq ne mange pas à sa faim, 21% des français ont du mal à prendre 3 repas par jour, faute de moyen financier, selon un rapport alarmant du secours populaire.

Si nous voulons lutter efficacement contre la pauvreté, il faudrait d’abord répondre aux besoins vitaux de la population, en interdisant, les expulsions locatives sans relogement, les coupures d’énergies, il faudrait supprimer la TVA sur les produits de première nécessité, réinstaurer l’aide à la pierre pour la construction de logement sociaux, créer des places d’hébergement d’urgence répondant à la demande, soutenir l’insertion dans l’emploi, créer de l’emploi, non « il ne suffit pas de traverser la rue pour trouver un emploi » il faudrait réformer les minimas sociaux comme le réclament à juste titre les associations ; Il faudrait 1 424 euros net par mois pour qu’une personne seule puisse vivre dignement.

Il faut donner plus de moyens aux associations, aux collectivités territoriales qui sont les premiers acteurs qui viennent en aide aux habitants…et stopper les baisses de dotations…

Au conseil d’administration du CCAS, jeudi dernier, nous avons voté une évolution du règlement intérieur de nos aides sociales, car les situations, les besoins de nos populations évoluent constamment, la solidarité a toujours été et sera toujours un pilier de nos politiques locales,
A ce titre, notre ville subventionne le Fonds Local d’Aide aux Jeunes qui les aide financièrement en répondant à leurs besoins urgents, alimentaires et autres.

En 2017, 209 dossiers ont été instruits, 333 aides ont été délivrées pour un montant total de 38 772€ et cela a concerné 188 Vénissians.
Les aides alimentaires ont représenté à elles seules un montant de 14 930 €.

Concernant les demandes d’aides à la formation, elles ont augmentés de 32%, de 2016 à 2017, tous ces jeunes, nous les accompagnons vers l’insertion sociale et professionnelle, en participant aux financements de formations, nous leur donnons des perspectives et non un horizon désespérant.

En commission, 88% des dossiers sont portés par la mission locale de Vénissieux, l’insertion sociale et professionnelle est au cœur de leur engagement et le gouvernement annonce une absorption des missions locales…On veut encore réaliser des économie , on donne un peu d’un côté et on reprend beaucoup de l’autre….

Et je conclurai exigeons que le pognon de dingue, des cadeaux fiscaux, de l’évasion fiscale soit rendu au peuple.