Face à l’austérité, il faut résister Edito de Pierre-Alain Millet - Président du groupe des élus communistes

, popularité : 32%

La rentrée est brutale. Toujours la hausse du chômage et de la précarité, le logement en panne, tous les indicateurs de la pauvreté au rouge, l’Union Européenne en récession, les guerres qui se multiplient…
Mais face aux questions, aux critiques, et tout simplement face aux souffrances sociales, le gouvernement Hollande est inflexible, droit dans ses bottes pour dire au patronat « je vous aime » et accélérer les cadeaux fiscaux pour les entreprises ! Ce n’est même plus la gauche sociale-libérale qui promettait de protéger les salariés. Valls est directement le gouvernement des puissants. La droite est bien embêtée. Elle ne voit pas ce qu’elle pourrait faire de mieux !

Et on entend partout Pierre Gattaz, le patron des patrons en demander toujours plus, tout en refusant de s’engager sur rien mais en promettant demain un monde meilleur. Les plus anciens se rappellent que son père Yvan, déjà président du CNPF, le MEDEF de l’époque avait promis 600 000 emplois si le gouvernement autorisait les licenciements… on connaît la suite. Il a été de plus en plus facile aux entreprises de licencier… et le chômage a explosé.

Il faut dépasser ce « choc de brutalité » du gouvernement et s’engager résolument dans la résistance en organisant la solidarité avec toutes les luttes sociales et syndicales. Nous pouvons encore nous appuyer sur les services publics, dont les collectivités locales. L’appel de Michèle Picard pour dire Non à l’austérité est un outil pour aider chacun à agir, à être utile. Demandez la carte pétition, signez et collectez des signatures autour de vous !