Territoire zéro chômeur de longue durée
La lettre des élus communistes et apparentés de Vénissieux N° 62 - avril 2021
Article mis en ligne le 26 avril 2021
dernière modification le 28 avril 2021

par Michèle Picard

L’expérimentation nationale « Territoires Zéro Chômeur de Longue Durée », a été lancée sur dix territoires en février 2016, et sera étendue à une cinquantaine de territoires, à partir de juillet 2021. Vénissieux souhaite bien évidemment adhérer à l’association « Territoires Zéro Chômeur de Longue Durée », et ainsi favoriser la mise en œuvre de cette expérimentation, dans nos quartiers.

Les chômeurs de longue durée ont des compétences, des potentiels à mobiliser et à valoriser. Il faut lever les obstacles, les accompagner dans leurs démarches, leur redonner confiance aussi, pour ouvrir le chemin vers l’emploi ou la formation. A l’heure où les lois s’attaquent plus au statut du chômeur qu’au chômage, il convient de le rappeler : les quartiers populaires ont des ressources indéniables, des solidarités plus fortes également, auxquelles il faut donner des débouchés.

Ne nous arrêtons pas à l’intitulé de l’expérimentation, quelque peu vendeur voire démagogique. Depuis le choc pétrolier du début des années 70, aucune génération n’a connu le plein emploi, malheureusement. Chacun sait qu’on ne résout pas en un claquement de doigts le chômage de longue durée, et que l’objectif du « zéro chômeur » ne se décrète pas du jour au lendemain.

Il n’empêche, toutes les initiatives locales et partenariales méritent d’être tentées avec conviction, et les échanges croisés entre les politiques publiques (Insertion, Emploi, Politique de la Ville, Économie sociale et solidaire) offrent des opportunités à notre bassin d’emploi. Il faut y travailler. L’adhésion de notre ville est une première étape. Il reste encore devant nous des inconnues, en matière de financement, notamment des locaux, dont l’expérimentation a besoin, pour développer et diffuser les projets. Nos services et nos partenaires vont s’y atteler, en inscrivant ce dispositif dans la perspective des conséquences économiques et sociales, de l’après-crise sanitaire.

État, collectivités, partenaires économiques, tout le monde devra être présent à ce rendez-vous, et redoubler d’efforts dans les quartiers populaires notamment.