Égalité femmes-hommes Enregistrer au format PDF

La lettre des élus communistes et apparentés de Vénissieux N° 77 - avril 2024
Mercredi 24 avril 2024

Notre plan d’actions égalité femmes-hommes 2024-2026 forme un carnet de route, avec 36 actions.

Le travail entrepris à Vénissieux depuis des années est considérable. Il est ancré dans le quotidien auprès des agentes et agents, auprès des jeunes, dans la santé, l’éducation, comme dans notre festival Essenti’elles.

Vénissieux compte 1350 agents et son effectif est largement féminisé. Seulement 14% des métiers sont indifféremment occupés par des hommes et des femmes. C’est une variable que l’on peut rectifier, à condition d’avoir en amont des formations moins genrées. Il faut favoriser l’émergence d’une culture de l’égalité professionnelle et agir sur les conditions de travail, cœur des inégalités.

Les familles monoparentales, essentiellement des mères célibataires, sont l’angle mort des politiques publiques en France. La délégation aux droits des femmes propose des pistes pour l’accès à des droits, des tarifs préférentiels, sur le sport, la culture, la cantine, la mutuelle, des accès à la garde d’enfant et au logement social. Nous suivrons ces débats pour les intégrer dans nos réflexions, comme nous l’avons fait pour la Cité de l’Emploi en ciblant les familles monoparentales comme public prioritaire.

En matière de lutte contre les violences conjugales et intrafamiliales, Vénissieux est à la pointe avec la mise à disposition de logements d’urgence et d’accompagnement, le financement d’une intervenante sociale au commissariat et un partenariat avec l’association VIFFIL pour l’accueil et le soutien de femmes victimes de violences.

Dans nos équipements jeunesse et à l’école, l’éducation à l’égalité commence dès le plus jeune âge. La question de la santé et de l’accès aux soins est centrale tout comme la lutte contre la précarité menstruelle, avec une collecte jusqu’au 28 mai.

Faire avancer l’égalité, c’est lutter contre les stéréotypes et s’interroger sur nos propres comportements. Le monde du travail, avec son cortège d’inégalités de salaire et de conditions de travail, n’est pas le seul symbole des inégalités. Dans les livres d’histoire, dans la mémoire collective, partout règne l’invisibilité des femmes. Seules 6% des rues sont nommées selon des patronymes féminins. C’est la raison pour laquelle nous nous efforçons de corriger le tir et de rattraper le retard.

Le mouvement égalité femmes-hommes est enclenché et dans de nombreux domaines de notre société, l’égalité des droits reste à conquérir.

Pour lire l’intervention complète…

Documents à télécharger