ZONE A FAIBLE ÉMISSION (ZFE) -Rapport Conseil municipal du 15 octobre 2018

, par  Pierre-Alain Millet , popularité : 68%

Permettez-moi une présentation pédagogique de cette délibération par laquelle la ville donne son avis sur une politique métropolitaine. Au passage, ce serait une bonne chose que cette démarche de consultation des communes soit plus systématique pour toutes les politiques métropolitaines.

Rappelons tout d’abord que la qualité de l’air dans l’agglomération ne cesse de s’améliorer depuis plusieurs décennies, effet malheureusement de la désindustrialisation, mais aussi de la modernisation de nombreuses installations comme les chaufferies urbaines et aussi effet des politiques publiques pour la baisse de la part modale de la voiture, et les progrès techniques des moteurs, notamment pour les véhicules lourds. Il reste que trop d’habitants sont confrontés à des taux de pollution supérieurs aux normes, pour les poussières, dont la première cause est le chauffage bois qui fait l’objet d’une politique métropolitaine de subvention à l’achat de foyer performant, et pour l’oxyde d’azote dont la première cause est les véhicules, notamment diesel, et qui fait l’objet de cette « zone de faible émission »

L’objectif est de pousser à la modernisation du parc pour les camions et les utilitaires légers, en interdisant leur entrée dans une zone définie en gros par le périphérique.
Clarifions tout de suite une critique parfois entendue. Bien évidemment, cette mesure ne protège pas que les habitants de la future zone, donc pour nous, les Vénissians du moulin à vent et de Viviani, mais en fait tous les habitants ! Les véhicules qui seront modernisés plus vite avec cette mesure circulent bien évidemment partout. Le taux de NO2 baissera aussi sur les axes routiers hors périphériques, pour nous notamment sur l’axe Joliot-Curie-Croizat, Vous aurez aussi remarqué que les pollutions ne s’arrêtent pas aux limites administratives, et que les masses d’air sont en mouvement… L’ozone produit par l’agglomération se retrouve notamment dans le Vercors, et tout le monde connaît le foehn, ce sable du sahara qui franchit bien évidemment la méditerranée, mais aussi le périphérique ! L’amélioration de l’air dans Lyon-Villeurbanne profitera donc bien aussi à tous les Vénissians...

Cette mesure si elle produit l’effet escompté d’accélération de la modernisation du parc aura donc bien un effet accélérateur de l’amélioration de la qualité de l’air pour tous les habitants de l’agglomération et même des alentours…

Il reste que si cette mesure a fait l’objet de concertations avec les acteurs économiques à l’échelle de l’agglomération, ce qui conduit aux estimations de 2000 véhicules lourds et 28000 véhicules utilitaires légers, elle n’a pour l’instant pas fait l’objet d’études d’impact au niveau communal.

C’est pourquoi cette délibération propose de donner un avis favorable avec trois réserves :
-  la première concerne justement une étude d’impact à l’échelle de la commune. Une communication systématique vers les entreprises vénissianes installées au nord du périphérique, et vers les artisans et commerçants susceptibles d’être impactés est nécessaire
-  la deuxième concerne l’accompagnement des acteurs économiques fragiles
-  La troisième porte sur les véhicules municipaux, dont notamment les véhicules de livraison des repas scolaires aux écoles du moulin à vent. La ville de Vénissieux étudier l’accélération possible de l’évolution de son parc, mais nous demandons que sur la base de cet effort, des dérogations soient accordées. De telles dérogations basées sur un programme de transformation du parc pourraient d’ailleurs être proposées à tout acteur jouant le jeu de cette ZFE en toute transparence.