TRANSPORTS PUBLICS La lettre des élus communistes et apparentés de Vénissieux N°40-Avril 2017

, popularité : 59%

Entretien avec Aurélien Scandolara, conseiller municipal

Auparavant utilisateur de votre voiture, vous êtes désormais adepte des transports en commun, qu’est-ce qui vous a fait changer d’avis ?
L’arrivée du tram, la création de parcs relais et la prise en charge de la moitié de mon abonnement par mon employeur !

Quelles améliorations proposez-vous pour améliorer le quotidien des usagers ?
Il faut créer de nouvelles lignes afin de desservir correctement tous les quartiers de Vénissieux et du sud de l’agglomération.

Et concernant le Tramway ?
Le matin tôt et le soir après 20 heures, le temps d’attente peut être long pour prendre le tram. Dans le reste de la journée les rames bondées, rendent le trajet très désagréable. Il faudrait augmenter la fréquence des tramways.

Quel est votre constat sur les parcs relais ?
Celui de la gare est complet dès 8 heures du matin. Il est tout autant fréquenté par les habitants de Vénissieux que par ceux des villes de Corbas, de Feyzin, de Saint-Fons. Le manque de transports dans ces villes pousse ces habitants à venir gare de Vénissieux. Idem pour le parc relais de Parilly qui arrive à saturation, générant des stationnements dans tout le quartier.

Les liaisons TCL/SNCF vous paraissent-elles adaptées ?
La liaison entre le métro et le train est très fréquentée. Si tous les trains en provenance de Grenoble s’arrêtaient gare de Vénissieux, aussi bien ceux en direction de Perrache, qu’en direction de la Part-Dieu, cela permettrait aux usagers d’avoir une entrée sud sur l’agglomération et sur la zone industrielle et ainsi désengorger la gare de la Part-Dieu. Cela permettrait aussi aux habitants de Vénissieux de gagner plus facilement le centre de Lyon ; une dizaine de minutes pour Perrache ou la Part-Dieu.
Des développements de type ligne de RER sont nécessaires. Il est impératif que la SNCF et la région développent des infrastructures avec notamment le contournement ferroviaire du fret et le renforcement des lignes d’accès à l’agglomération.

La question des tarifs a-t-elle un impact sur le choix des transports en commun ?
Oui. Une forte baisse du prix de l’abonnement serait réellement incitative comme le montre la réussite des abonnements aidés que nous avons mis en place à Vénissieux pour les agents de la Ville. Il faut aussi que le Sytral applique la gratuité pendant les pics de pollution.

Vous proposez à la fois le développement d’infrastructures et la gratuité, est-ce compatible ?
Il faut une politique de transport radicalement différente pour un vrai droit à une mobilité de qualité, dé-carbonée et accessible à tous. Il faut pour cela une augmentation de la cotisation transport des entreprises. Ce sont elles qui génèrent la plus grosse part des déplacements.