Est-ce bien sérieux monsieur Blein ? La lettre des élus communistes et apparentés de Vénissieux N°51- Février 2019

, popularité : 28%

La justice vient de condamner Pierre Obrecht (attaché parlementaire et fi dèle collaborateur d’Yves Blein, Député de la 14ème circonscription). Il avait utilisé le patronyme de Michèle Picard pour créer un site internet sous le nom du maire, mais invitant les électeurs à voter contre elle en mars 2020.

Les opposants de Michèle Picard n’ont pas de proposition, pas de projet pour Vénissieux, rien à lui opposer politiquement. Leur seule option est d’utiliser le nom et la notoriété de Michèle Picard dans le but de lui nuire.

Contre quoi voulait s’exprimer l’attaché du député ? Contre la politique du gouvernement dénoncée par les gilets jaunes ? sûrement pas, Yves blein en est un des acteurs ! Contre la hausse de la CSG pour les retraités, la baisse des APL pour les locataires ? sûrement pas, le député les a votées ! Contre la suppression de l’ISF ? non plus ! Contre la contractualisation imposant des baisses de dépenses aux collectivités ? C’est sa majorité qui les a votées ! De fait, l’attaché parlementaire veut se convaincre qu’on pourrait refaire en 2020 le coup de 2017, présenter un vieux projet réactionnaire comme une recomposition moderne, et tenter de convaincre qu’il fallait voter contre le maire sortant pour imposer une commune plus soumise à la Métropole et à l’austérité

Mais les citoyens ne sont pas dupes, ils ont l’expérience de 2017 et de ce « nouveau monde » qui ressemble terriblement à l’ancien, de ce député qui change de veste politique à chaque échéance et dont les équipes sont plus connues pour les mensonges sur internet et les réseaux sociaux que pour leurs propositions pour l’avenir de la commune. Macron se sert de baroudeurs comme Benalla, Blein est dans la même veine, et les dérapages de ses proches s’accumulent.

Mais les citoyens ont des idées pour la défense du climat, les conquis sociaux, le droit des femmes, le droit au logement, le référendum d’initiative citoyen, etc. La participation des Vénissians au questionnaire « ma commune demain, je donne mon avis » est une preuve de ce volontarisme citoyen. Les Vénissians peuvent se mobiliser pour construire l’avenir de leur commune.

Pierre Obrecht, condamné par la justice, tente de minimiser son acte et le faire passer pour une blague. Utiliser l’identité d’une personne par le « cybersquatting » serait drôle ? Drôle pour qui ? Drôle pourquoi ? On apprend, dans le Progrès, que la seule réaction de Monsieur Yves Blein à cette lamentable histoire fût « un grand éclat de rire ». Cette réaction n’est pas digne de ce que les électeurs sont en droit d’attendre d’un député.

Pendant ce temps-là Michèle Picard et son équipe sont au travail pour la ville, avec un projet politique au service des Vénissians, pour la justice fi scale et sociale, pour le service public, pour l’accès à la culture et au sport, l’éducation, pour les ainés, la jeunesse, la démocratie avec des dispositifs participatifs ancrés et réels. Des conseils de quartier depuis 1989, mis en place bien avant que la loi ne les impose, un Conseil Municipal d’Enfants qui pourrait bien être l’un des plus efficients de la Métropole, une démarche participative et partenariale à chaque échelon de la politique municipale comme avec le conseil citoyen de développement durable, le collectif femme, la commission laïcité, la commission sport de l’OMS, etc.

Alors, monsieur Blein, votre seule réponse est le rire ? Est-ce bien sérieux ?