LA MÉTROPOLE ET NOUS ... SI TOUT POUVAIT ÊTRE AUSSI « RESPIRABLE » QUE LA ZFE La lettre des élus communistes et apparentés de Vénissieux N°51- Février 2019

, par  Pierre-Alain Millet , popularité : 6%

L’instauration d’une Zone à Faible Émission (ZFE) est engagée par la Métropole, dans le cadre de son plan Oxygène.

Alors que depuis le commencement de cette Métropole, nous dénonçons l’éloignement du centre de décision, des citoyens, la technocratie écrasante de cette hyper collectivité, nous devons, pour une fois souligner un travail de concertation réel sur la ZFE. Pour la première fois, la Métropole s’est donnée le temps de construire l’appropriation par les citoyens de mesures décidées et mises en œuvre dans de vrais partenariats plutôt que de décréter administrativement ce qui est bon parce que certains experts et associations en ont décidé. Nous félicitons la prise en compte réelle et précise de la concertation avec les acteurs professionnels et les collectivités tout en regrettant que la concertation des habitants ait mobilisé faiblement.

En tout cas, il résulte de la concertation le choix de se donner le temps de travailler concrètement avec les acteurs concernés sur le territoire. C’est important, j’avais de mon côté, en septembre dernier, contacté les entreprises de Vénissieux qui seront incluses dans la ZFE et je peux vous confirmer que les responsables logistiques n’avaient pas encore pris conscience de l’impact pour leur activité. Les précisions apportées en conseil de la Métropole sur les dérogations, et notamment les dérogations provisoires pour accompagner le renouvellement de parc, le financement de 1M€ pour aider jusqu’à 3 véhicules par société de la Métropole, la concertation à poursuivre avec les acteurs publics (communes, HCL...), toutes nos remarques semblent avoir été prises en compte pour une mesure qui ne soit pas à la fi n une simple action de communication. D’autant qu’il reste à trouver comment organiser le contrôle, la police de stationnement relevant des maires, avec des charges de travail déjà élevées pour les polices municipales, et l’utilisation de la vidéo surveillance aux entrées de la ZFE supposant une modification législative.