Le 49-3 par peur de la démocratie Edito + lettre à télécharger

, par  Pierre-Alain Millet , popularité : 38%

Depuis des semaines, les manifestations, occupations, grèves se poursuivent contre cette loi travail qu’une large majorité de Français dénonce.

Les débats à l’Assemblée s’annonçaient houleux, le gouvernement a sorti le « 49-3 » l’arme anti-démocratie de cette constitution présidentielle qui est faite pour refuser toute expression populaire.

Ce mouvement est un événement considérable. Il y a 3 mois, on ne parlait que de Hollande face au terrorisme et de la vague Le Pen pour 2017… Aujourd’hui, tout le monde est obligé de discuter des rapports entre salariés et actionnaires dans l’entreprise. Dans toute l’Europe, les gouvernements s’inquiètent… Et si un grand pays venait à reculer devant les réformes qui se sont imposées en Allemagne il y a longtemps, en Italie l’an dernier… et ailleurs. Et le mouvement s’étend en Belgique !

On veut nous faire croire que ceux qui travaillent ne devraient défendre leur droit que un par un, dans chaque entreprise. Mais qui peut croire qu’un patron et un salarié discutent sur un pied d’égalité ? Qui peut croire qu’un travailleur détaché venant d’Europe de l’Est va pouvoir voter librement dans un référendum d’entreprise ?

Le droit du travail est une des premières conquêtes ouvrières et il s’est enrichi au fil des décennies. Ce qu’exige le MEDEF de Mr Gattaz, c’est le retour au 19ème siècle, la loi du plus fort et la fin de toute protection. Le 49-3 confirme que ce n’est possible que dans la remise en cause de la vie démocratique !