DÉCLASSEMENT DES AUTOROUTES A6-A7 La lettre des élus communistes et apparentés de Vénissieux N°39-Février 2017

, par  Michèle Picard , popularité : 19%

« Lors du conseil de la Métropole du 11 juillet 2016, le groupe Communiste, Parti de gauche et républicain, a voté pour le déclassement des autoroutes A6-A7, considérant le fait que nous sommes, depuis longtemps, opposés à l’existence même d’une autoroute en cœur de ville.

Nous avions fait, bien entendu, quelques remarques que nous vous rappelons aujourd’hui, en insistant.

Nous demandons la révision de notre Plan de déplacement urbain. Si le déclassement de l’autoroute A6-A7 est un évènement, sa réussite tiendra surtout, dans notre capacité de transformation des circulations, à beaucoup plus grande échelle. Notre PDU doit être à la hauteur ! Plus ambitieux !

Dans le deuxième point développé le 11 juillet, ici même, par mon collègue Bernard Genin, il y avait, en quelque sorte, une condition à notre adhésion au projet. Le déclassement ne doit pas se faire au détriment des habitants de l’Est lyonnais, qui cumulent déjà de nombreuses difficultés liées au développement de l’agglomération.

Il n’y a pas que l’Est lyonnais qu’il vous faut rassurer, le secteur givordin a lui aussi, toutes les raisons d’être inquiet.

Dès lors, monsieur le Président, quelle garanties apportez-vous à tous ces habitants ? Quand pourrons-nous compter sur de réels temps de concertation avec les citoyens, les associations, les usagers, et les élus des Villes concernées, mais aussi, plus largement, les élus de la Région, du Département du Rhône, et des Départements voisins ?

Le déclassement sera effectif le 1er novembre 2017. A partir de cette date, ce seront les services de la Métropole qui seront compétents, sur la portion entre Limonest-Dardilly et Pierre-Bénite.
Le 1er novembre, c’est demain ! Alors, quel calendrier ? Et quelle information pour les habitants ?

Enfin, nous posons, encore une fois, la question du financement des aménagements, indispensables à la réussite du déclassement : l’anneau des sciences, la requalification de Bonnevay. La non programmation de ces investissements, et l’importance des sommes qui seront nécessaires, ne nous donne pas le sentiment que vous nous avez entendu sur la priorité absolue, que nous portons à ces aménagements.
D’ailleurs, monsieur le Président, l’Anneau des sciences ne devait-il pas, en toute logique, précéder le déclassement, comme cela est préconisé dans le SCOT ? Tout comme le contournement Ouest lyonnais qui, pour nous, reste nécessaire, afin que la totalité du report de trafic Nord/Sud, ne soit pas uniquement dirigé vers l’Est. »