Pacte de cohérence métropolitain.
La lettre des élus communistes et apparentés de Vénissieux N° 61 - mars 2021
Article mis en ligne le 29 mars 2021
dernière modification le 1er mai 2021

par Michèle Picard

Une autre Métropole se dessine pour revenir au quotidien des habitants, à leurs besoins, à leurs demandes, à leur cadre de vie. Recentrer nos priorités et nos actions vers plus de proximité, repenser l’architecture de la Métropole, en créant un pacte de cohérence qui renforce la place des communes, rééquilibrer les projets et la répartition des financements, entre les villes de l’Ouest et de l’Est de l’agglomération.

Oui, la Métropole a changé de nature, l’expérimentation de l’encadrement des loyers, et la création d’un RSA jeune, creusent un sillon beaucoup plus solidaire et social que lors de la précédente mandature.

Nous avons tiré les leçons du premier pacte. Certaines politiques publiques auraient mérité une clarification des relations Métropole-Communes, à l’exemple de la convention que nous avions proposée pour la gestion du réseau de chaleur urbain. Les communes ont besoin de la Métropole, mais la Métropole a tout autant besoin des communes, si elle veut inscrire ses actions dans la proximité, et non dans une pratique technocratique.Mobilité, gestion des déchets, collèges, solidarité, la relation de la Métropole aux citoyens passe nécessairement par la commune.
Notre majorité estime que la place des communes et des citoyens dans la Métropole, doit constituer le cœur du pacte de cohérence.

Dans le nouveau pacte de cohérence, la réforme relative aux enveloppes budgétaires, est plus égalitaire et plus transparente, entre les communes de l’Ouest et de l’Est de la Métropole.
7 axes stratégiques et prioritaires ont été définis, pour lesquels la coopération avec les communes est indispensable : revitalisation des centres-bourgs ; éducation ; modes actifs ; trame verte et bleue ; l’alimentation, de la production à la lutte contre le gaspillage ; qualité et dignité pour les logements, l’accueil et l’hébergement, développement d’une économie responsable, emploi et insertion.

Ce pacte de cohérence ouvre de nouvelles pistes, après les années autocrates et centralisées du duo Collomb- Kimelfeld.

La pandémie a montré à quel point le rôle des communes a été salvateur, d’une réactivité inégalable, pour tous nos habitants. La construction de nouvelles relations habitants- communes-métropole, doit intégrer dès maintenant, les effets de la crise sanitaire et économique, qu’on sait déjà extrêmement violente dans les quartiers populaires, mais dont on n’en mesure pas encore tout à fait l’ampleur, ni les effets à long terme.