RÉSEAU DE CHALEUR La lettre des élus communistes et apparentés de Vénissieux N°40-Avril 2017

, par  Pierre-Alain Millet , popularité : 54%

Notre réseau de chaleur vénissian, jusque-là géré par la Ville, est repris, depuis le 1er janvier par la Métropole et nous ne savons toujours pas quelle organisation sera mise en place.

Nous avions proposé, il y a un an, une nouvelle convention afin de coordonner intelligemment les capacités de la Ville et celles de la Métropole pour le meilleur suivi possible du réseau, dans l’intérêt des abonnés et des usagers.
Cette proposition n’a pas été retenue par le président Collomb. Nous avons reformulé fin 2016 notre proposition d’organisation pratique qui est restée sans réponse malgré notre insistance.
Madame le maire a dû écrire début mars aux abonnés pour leur confirmer que désormais, la Métropole était seule gestionnaire sans connaissance de notre part de l’organisation qui sera mise en place.
Sans réponse de la Métropole sur le rôle de la Ville, je devrais désormais décliner les invitations aux rencontres avec les abonnés et usagers. On peut cependant se demander comment un vice-président métropolitain pourrait localement jouer ce rôle.

Si la Métropole reconnaissait l’utilité de la Ville dans l’organisation de sa compétence, elle devrait naturellement lui reverser une part de la redevance de la délégation de service public.

La Métropole se confirme bien comme une grosse machinerie administrative et il n’est pas simple d’innover dans l’organisation des compétences, malgré les effets d’annonce. Je ne sais donc pas qui va préparer le conseil de transparence de juin... La Métropole doit présenter prochainement l’avenant au contrat de délégation du réseau qui permettra la réalisation de l’extension au Puisoz, j’espère que les élus de la Ville seront associés...

Le président doit être trop occupé, trop en marche pour être attentif aux communes mais plus le temps passe, plus la perte de réactivité et de proximité dans la gestion du réseau de chaleur va se ressentir.