Appel de Michèle Picard, maire de Vénissieux : des mesures d’austérité injustes et inefficaces !

, popularité : 21%

Cri d’alerte des élus de la majorité municipale contre la baisse des dotations aux collectivités

Depuis plusieurs années, les collectivités locales sont confrontées à la baisse des dotations de l’Etat. 1.5 milliard d’€ en 2014, à nouveau 1.5 milliard en 2015. Le gouvernement vient d’annoncer un nouveau plan d’économies de 11 milliards d’€ sur la période 2015-2017.

Il y aura de lourdes conséquences sur les politiques publiques de proximité, les capacités d’investissement des collectivités, le rôle d’amortisseur social du pacte républicain…

A Vénissieux, la Dotation Globale Forfaitaire a été réduite de près de 844 000 € en 2014. Au total, depuis 2008, c’est une perte cumulée de 1.4 million. En tenant compte de l’inflation, elle aurait dû augmenter de près de 1 million.
La Dotation de Solidarité Urbaine a masqué cette perte jusqu’en 2013. Ce n’est plus le cas et ce sera encore pire avec le nouveau plan d’économies et ses 11 milliards de baisse, qui représente pour Vénissieux, une perte de l’ordre de 1.5 million par an.

L’addition est lourde et au final toujours supportée par les habitants
Moins de ressources pour les villes, c’est moins de justice sociale, moins de service public pour des familles, du 3ème âge, du handicap, de la petite enfance, des écoles, de la culture, du sport… dans un contexte où la grande pauvreté s’étend, le pouvoir d’achat s’effondre, les difficultés deviennent innombrables.

La réduction des dépenses d’investissement local fragilise l’activité économique et détruisent l’emploi, notamment local.
Alors que les communes assurent 71% des investissements publics, créant des milliers d’emplois, le gouvernement les voit comme une charge à réduire.
Les 15 millions d’€ annuels d’investissements de Vénissieux représentent des centaines d’emplois dans les entreprises.

Les finances saines de la Ville, confirmées par le rapport de la Cour des comptes, sont le résultat d’un budget de résistance. Le choix fort de ne pas augmenter le taux de fiscalité locale est le marqueur de finances bien gérées et saines.
Nous allons nous battre pour maintenir nos capacités d’investissement et nos dépenses de fonctionnement pour affirmer l’identité de Vénissieux, au cœur de l’agglomération et bientôt de la Métropole.

Ensemble, refusons l’impasse dans laquelle la baisse des dotations de l’Etat aux collectivités entraîne les communes.
Signez et faites signer l’appel.