Consolidation Plan Air Energie de la Ville Conseil municipal du 14 octobre 2019

, par  Aurélien Scandolara , popularité : 55%

N’en déplaise à certain Vénissieux est un exemple !
Un exemple dans la politique environnementale qu’elle met en place.

Le rapport que vous nous demandez de voter en est encore une illustration.
Vénissieux est la ville avec le plus fort taux d’énergie renouvelable dans ses consommations énergétiques, de la Métropole.

Elle a deux installations photovoltaïques auto-consommées, installées sur des équipements publics, et trois dispositifs du même type sont en cours d’étude.
Le passage en Led, la diminution du niveau d’éclairage et l’extinction nocturne, nous ont permis la réduction de notre consommation électrique et ce, malgré l’augmentation du nombre de points lumineux.

Vénissieux est une ville verte qui porte de l’importance à la biodiversité. 160ha d’espaces verts sont situés sur la commune. Les jardiniers de la Ville sont passés depuis plus de 10 ans au « zéro produit phyto » en utilisant des auxiliaires de culture comme des coccinelles. Le travail sur les grandes terres avec les communes de Corbas et Feyzin, en a fait un espace agricole raisonné qui a connu une explosion de biodiversité notamment des espèces d’oiseaux.

La Ville a mis en place des jardins collectifs et partagés, le jardin de la biodiversité en centre-ville, elle met à disposition des habitants des composteurs publics, elle veille à la réduction des déchets avec des résultats remarquables dans les cantines scolaires.

Vénissieux est une ville populaire où les mobilités progressent rapidement. L’arrivée du métro, puis du tram, ont transformé la ville. Un développement volontariste des infrastructures en direction des modes doux et actifs a donné des résultats encourageants avec une progression significative du nombre de cyclistes. Même si, les stations vélo’v ont tardé à arriver jusqu’à Vénissieux, et que nous en demandons plus.

Il reste bon nombre de chose à gagner, en termes de transport de voyageurs, pour désenclaver certains quartiers situés trop loin des grands axes.

Le manque de transport dans les villes voisines se ressent aussi à Vénissieux. Bon nombre d’habitants de Feyzin, Corbas et Saint-Priest n’ont d’autre choix que de se rendre à Vénissieux en voiture s’ils veulent prendre les transports en commun.

L’urgence est le transport, en remettant enfin les marchandises sur le rail, avec le fret ferroviaire, pour réduire les poids-lourds sur nos routes, avec un investissement massif dans le rail et les transports en commun, le contraire de ce que fait le gouvernement.

Nous faisons donc beaucoup à Vénissieux, mais il faut dire la vérité, l’avenir climatique de la planète ne se joue ni à Vénissieux ni en France. Un français émet un peu moins de gaz à effet de serre qu’un chinois, deux fois moins qu’un allemand, 4 fois moins qu’un états-uniens, 10 fois moins qu’un qatari.

100 entreprises sont responsables de 70% des émissions mondiales de carbone.
Pour rester en dessous des 2°C, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat a fixé un objectif d’émission de CO2 par habitant à ne pas dépasser en 2025, nous sommes déjà au-dessus en France.
L’urgence, tout le monde le sait, c’est la sortie de l’électricité fossile et cela concerne en Europe principalement l’Allemagne et la Pologne, puis la Russie, les USA, la Chine... et les pays du golfe bien sûr.

L’écologie et le socialisme ne s’oppose pas, bien au contraire, c’est le capitalisme qui épuise les richesses de la terre

Hugo Chavez disait que si la planète était une banque elle aurait été sauvée il y a bien longtemps.
A Vénissieux nous faisons notre part. Cela va nous permettre de renouveler notre label Citergie qui confirmera les progrès significatifs de notre plan climat réalisés dans ce mandat.