NOUVELLE CUISINE CENTRALE, un outil performant pour le service public de la restauration. La lettre des élus communistes et apparentés N°37 - octobre 2016

, par  Saliha PRUD’HOMME-LATOUR , popularité : 21%

Notre majorité municipale a fait le choix d’une cuisine centrale pour la fabrication des 545 000 repas par an pour le secteur scolaire et social.

Nous pouvons nous réjouir de son avant-projet définitif, avec un bâtiment qui est remarquable dans sa conception environnementale puisqu’il permettra une forte réduction des consommations d’énergie.

Rappelons que les communes n’ont pas l’obligation d’organiser un service de restauration scolaire. C’est notre volonté politique d’une part de produire plus de repas avec, toujours, une grande qualité diététique et culinaire et d’autre part de ne pas privatiser ce service public malgré l’asphyxie financière imposée aux forceps, aux communes par l’État.

Pour certains de nos jeunes Vénissians, il s’agit là du seul repas constituant de la journée.

Notre école républicaine doit être le lieu où tous les enfants peuvent s’épanouir et s’enrichir dans leur diversité, accéder à la citoyenneté, s’ouvrir au monde. Le vivre ensemble passe autant par le temps de l’éducation, du repas, de la récréation et les temps périscolaires.

L’école de la République est l’institution qui doit rassembler et non diviser.

L’important pour nous, est la réussite scolaire de l’enfant. C’est un enjeu politique essentiel pour nos familles. C’est le combat que nous devons mener tous ensemble, pour plus de moyens, plus de professeurs dans l’Éducation Nationale.

Pour rappel, 31 % de nos concitoyens vivent en dessous du seuil de pauvreté. Les tarifs sociaux pratiqués répondent aux besoins de nos administrés, avec un prix maximum de 3,57 €, pour 6.40€ à Lyon ou 4.80€ à Meyzieu.

A Vénissieux, nous avons toujours développé des politiques sociales en plaçant tous les Vénissians au cœur de nos actions par nos tarifs vraiment sociaux, cantine, accès au sport, la culture….