la seule vraie réponse à la dette, c’est l’emploi !

, par  Serge.truscello , popularité : 50%

Intervention dans le débat d’orientation budgétaire

Je ne vais pas en rajouter sur les conséquences pour la ville, pour le budget municipal et donc pour l’action envers la population que la diminution des dotations de l’état entraînent. Beaucoup de chose ont été dite par mes camarades lors de cette séance et depuis maintenant de nombreux de mois.

Ces baisses de dotation rentrent dans une logique d’austérité prônée par l’UE et mise en place avec diligence par le gouvernement français avec l’objectif de réduire le déficit public, et avoir un budget au déficit inférieur à 3 %.

La crise financière de 2008 a coûté cher aux différents pays et leur population et continue à coûter cher.

Elle a fait exploser le déficit public, comme l’endettement de l’état. La masse d’argent faramineuse dépensée pour sauver le système bancaire doit depuis cette date trouver son remboursement dans la création de richesse.

Et les conséquences se font sentir dans tous les domaines, le niveau des retraites, comme celui de la possibilité de se soigner. Hormis en 2012 aucun coup de pouce au SMIC. Une attaque très forte sur le droit du travail, le droit des salariés. Une période de forte augmentation des impôts, de la TVA. On pourrait ainsi continuer la liste des mesures prises.

Il y a un domaine où cette politique fait des ravages c’est celui de l’emploi. L’extrême faiblesse de la croissance, à la limite de la récession, a détruit des milliers d’emplois. Et la politique de l’offre prônée par François Hollande, politique libérable s’il en est, ne porte pas ces fruits. Et pour cause. En considérant que seul le coût du travail en France est un obstacle à la création d’emploi, ce gouvernement refuse de tenir compte des choix faits par la plupart des groupes industriels de limiter leur présence en France.

Faut-il rappeler que l’UE a fixé une concurrence libre et non faussée comme base de fonctionnement et que dans ces conditions il y a toujours la possibilité d’aller chercher ailleurs une main d’œuvre moins chère avec un droit du travail moins contraignant ?

Du CICE au pacte de Responsabilité et de Solidarité des milliards sont donnés aux entreprises, ou qu’elles n’ont plus à payer. Il y a là largement de quoi assurer au moins le maintien des dotations de l’état.

Des milliards sont donnés alors que le MEDEF qui s’était dit prêt à créer un million d’emplois en contre partie en rigole encore.

Rien que sur notre secteur et sans aller très loin, Renault Truck, Bosch, Bosch Rexroth, SILLIA, Savoie Réfractaire, sont des sites industriels ou l’emploi continue d’être mis à mal, au travers de projets de vente, d’arrêt de fabrication, ou de restructuration.

C’est une perte en termes de revenu pour les collectivités territoriales et aussi en termes de perspective de sortir de la précarité ou bien de rentrer dans la vie active pour ceux qui sont sans emploi sur notre commune.

Tant pour l’emploi que pour le fonctionnement des services publics, ou pour la réalisation des projets débattus avec la population, il y a nécessité à sortir de cette politique d’austérité. Ca suppose de considérer que le travail n’est pas un coût mais bien une richesse qu’il faut développer. Et ce devrait être le but prioritaire des dépenses publiques.

Loin des baisses de dotations, la seule vraie réponse à la dette, c’est l’emploi !