Le développement humain durable : sûrement pas un gadget mais une urgence

, popularité : 39%

Si tout le monde vivait comme les qataris, il faudrait 4 planètes et demie pour fournir l’énergie, les matières premières nécessaires à nos vies et à notre confort.
On nous rebat, les oreilles avec la dette de l’Etat, que les banques et le système financier capitaliste ont largement contribué a faire exploser. Par contre, il y a une autre dette dont on ne parle presque jamais ou trop rarement, c’est la dette écologique. Sur ce point précis les générations futures auront le droit de nous demander des comptes.

Que faisons nous concrètement, que font les états, que fait le monde ? Notre planète va à la dérive, l’heure est grave. A Paris, des milliers de manifestants ont participé à « Marche du peuple pour le climat » qui s’est déroulée dans 158 pays. Il y a une obligation à prendre de nouvelles mesures pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre.

Les chercheurs du Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) prévoient que d’ici à 2100 les températures moyennes augmenteront de 2,7 à 7,8 degrés selon les endroits. 2100 ce n’est pas si loin, c’est une époque que connaîtront les enfants qui naissent aujourd’hui.

La fonte des glaciers, la fonte de la banquise, tout ceci est mesurable. Dans certain pays de l’hémisphère sud c’est déjà une réalité. Ces phénomènes sont graves ils entraîneront des déplacements de populations, voire des conflits armés.

Donc, dans ces conditions, le développement humain durable doit monter en puissance. Malheureusement, en France, on n’en prend pas le chemin. En effet, le 25 septembre dernier, dans un référé, la Cour des comptes a préconisé l’abandon pur et simple de l’agenda 21 alors que c’est un outil pour développement durable au niveau local. pour les collectivités locales.

On ne peut être que très déçu des mesures gouvernementales concernant la transition écologique le compte n’y est pas, notamment pour la construction et la rénovation du parc HLM. Les politiques d’austérité imposées par l’UE font que ces mesures deviennent des coquilles vides. A l’inverse une véritable politique de gauche devrait mettre d’importants moyens pour la transition écologique et énergétique. La France et son immense domaine maritime pourrait innover pour profiter de ses ressources mais aussi pour le recyclage, les énergies renouvelables et dans combien d’autres domaines encore inexploités. Nous devrions miser beaucoup plus sur la recherche et l’innovation.

Ne jouons pas petit bras car l’avenir de notre planète n’attend pas. Et à notre niveau de citoyens, agissons pour notre bien commun qu’est notre planète, pour que nos générations futures ne nous le reprochent pas.

Pierre Mateo