L’ANECR : un creuset identitaire pour le communisme

, par  Assumpta , popularité : 19%

L’ANECR :
Un creuset identitaire pour le communisme

Véronique Forestier, Saliha Prudhomme-Latour et Henri Thivillier, élus communistes de Vénissieux, ont participé au 14ème congrès de l’ANECR (Association Nationale des Elus Communistes et Républicains) qui s’est tenu en octobre dernier à Montpellier. Les 11.000 élus communistes et républicains ont à l’évidence besoin d’une structure, d’un lieu et d’un lien national de rencontres et d’échanges, voire de formations, que la jungle textuelle gouvernementale et ses orientations politiques rendent nécessaires et même obligatoires.

Au-delà de l’appel à l’ouverture vers les démocrates et les progressistes, les objectifs des élus rassemblés dans l’ANECR restent bien ceux poursuivis par les communistes : le bien public, l’intérêt des populations laborieuses, l’intérêt collectif, les responsabilités politiques publiques, une démarche affichée et volontaire vers une autre société dans nos villes et nos quartiers. Il faut se battre pour le rétablissement des grands services publics et les droits fondamentaux du travail et de l’emploi, du logement, de l’éducation et de la santé. Il nous faut défendre des valeurs partagées d’équité et de justice sociales, de solidarité, d’égalité, de laïcité, d’anti-racisme, de sécurité et de sérénité, de démocratie locale active, tout en élaborant des pouvoirs et contre-pouvoirs populaires dans la proximité des décisions qui concernent chacun de nos habitants.
Il nous faut être organisés pour s’opposer aux attaques sans précédent du gouvernement Fillon-Sarkozy contre les communes - l’institution la plus proche de la population -, contre les finances locales, contre le service public rendu à l’habitant.

L’ANECR, constituée depuis 30 ans, peut être cet outil de rassemblement. Un débat a été ouvert au cours du Congrès sur l’abandon du sigle et des références communistes et républicaines. Il n’est pas anodin. Or l’ANECR s’est constituée il y a 30 ans sur des bases, des objectifs, des luttes et des orientations clairement menés par les élus communistes. Les forces progressistes et sociales ont naturellement trouvé toute leur place à leurs cotés. A Vénissieux, la population leur donne légitimité et leur fait confiance. Notre adhésion à l’ANECR va sans ambiguïté dans ce sens, en rassemblant sur le terrain, dans le concret et la proximité. Nous retiendrons du congrès de Montpellier les axes de bataille sur les finances locales, la taxation des produits financiers boursiers et la réhabilitation des dépenses publiques, ainsi que sur les dangers de la Réforme Générale des Politiques Publiques que prépare le gouvernement Fillon. Déposséder élus et populations de leur droit à diriger l’avenir de leur commune et de leur environnement proche, tel est le dessein de l’Etat. Aux élus locaux de s’appuyer sur leur organisation et d’y puiser les sources du combat et de la solidarité.