Rapport sur la situation interne et territoriale en matière de développement durable de la ville. Jean-Maurice GAUTIN

, popularité : 28%

La mobilisation des services de la ville, des élus et d’un grand nombre de concitoyens de notre communauté, commence à porter ses fruits

Nous venons de prendre connaissance du rapport sur la situation interne et territoriale en matière de développement durable de la ville.

A la lecture de ce rapport, nous élus(es) du groupe « Communiste et Apparentés », sommes tout à fait satisfait des résultats qui viennent de nous être communiqués. En effet, si la mise en route de cet « AGENDA 21 » nous semblait de prime abord ardue, force est de constater que la mobilisation des services de la ville, des élus et d’un grand nombre de concitoyens de notre communauté, commence à porter ses fruits. Nous tenons ce soir à féliciter toutes ces forces, qui nous permettent d’arriver à ce premier constat.

L’engagement pour l’équilibre entre ville dense et verte, belle et solidaire pour tous, l’investissement personnel ou collectif des habitants de Vénissieux, nous aide à combattre tout discours catastrophique sur l’avenir de notre ville et donc démontre que l’humanité peut peser sur l’avenir de la planète. Tous les projets engagés par la collectivité, avec leur succès et leurs limites (chauffage urbain, semaine de la propreté, travail sur la propreté des marchés etc.…), toutes les initiatives proposées aux et par nos concitoyens (éco-projets, balcons fleuris, composteurs..) vont dans ce sens et témoignent de notre capacité d’agir pour une ville humaine et durable.

Malheureusement, n’en déplaise à certains, le faible engagement financier de l’état, et parfois son désengagement, apporte une ombre à ce tableau. Que se fait-il pour le développement d’une vraie filière française du photovoltaïque. On a voulu nous faire croire que faire payer aux clients EDF une surtaxe pour subventionner des milliers d’installations individuelles qui apportent quelques sous aux habitants concernés, payés par leur voisins en fait, allait permettre le développement de cette filière et une réponse à la nécessaire mixité énergétique. Mais le constat de la bulle financière a contraint à réduire ces aides financières, et l’industrie du photovoltaïque est en difficulté (pour mémoire, les jours chaumés chez BOSCH dernièrement). Pour l’éolien, les grandes entreprise privées imposent des contrats en partie secret qui font exploser les coûts de revient et on parle pour l’éolien offshore en mer du nord de prix de revente imposé proche de 250€ le MWh, 5 fois le prix du nucléaire contrôlé par la cour des comptes, prenant en compte la gestion des déchets, le démantèlement, la mise aux normes de sécurité.

Dans un tel contexte, comment les habitants peuvent-ils comprendre de nombreuses ces contraintes qui nous sont imposées au nom du « Grenelle de l’environnement », de tout ce catastrophisme qui nous est annoncé sur les risques encourus si nous ne faisons rien personnellement.

Alors que l’on nous demande de plus en plus de sacrifices, de projets écologiques, avec de moins en moins de moyens financiers et humains, les grands de ce monde, qui sont les plus grands pollueurs de la planète, qui utilisent le plus grand nombre de ressources naturelles et fossiles, cachent derrière les échecs des négociations internationales comme dernièrement à DUBAÏ de violents affrontements économiques et même géopolitiques.

L’appât du gain et le gout du profit cacheront toujours l’acidité des gaz toxiques et l’aigreur nauséabonde d’un air glauque. Que leur descendance se promène à longueur de journée avec un masque à gaz sur le visage ne les dérange pas, à partir du moment que leur compte en banque est bien garni !!!! Les ultra-riches peuvent vivre « hors-sol », pendant que l’humanité survivrait dans une planète totalement dégradée.

Si nous pouvions remplacer par une fleur tous leurs billets de banque, même l’acier de leurs coffres-forts serait plus doux. Si nous sommes capables de nous adapter, eux devraient le faire aussi. L’intérêt de tous et le bien vivre en dépendent.