Au square des maraichers à l’invitation du conseil de quartier

, par  Pierre-Alain Millet , popularité : 39%

Le président du conseil de quartier, Abdelak Fadly, avait bien fait les choses. Entouré des délégués du quartier et de plusieurs habitants, il avait réussi à inviter trois adjoints, et le directeur général de la ville, qui suit ce territoire...

Et la rencontre se tenait dans un lieu très agréable, aménagé récemment par la ville, le square des maraichers, entre avenue de Pressenssé et rue Roger Salengro...

J’avais prévenu que je rejoindrai le rendez-vous vers 19h, en revenant de la commissions proximité du Grand Lyon qui discutait de la stratégie propreté, un sujet dont je parlerai prochainement.

Henri Thivillier avait déjà répondu a des questions sur le projet du futur groupe scolaire Joliot-curie, qui fait l’objet d’une concertation avec les enseignants, parents, riverains, et conseil de quartier pour définir le projet qui sera soumis à un concours d’architecture.

La discussion portait ensuite sur le stationnement, et l’adjoint à la voirie, Eleazar Bafunta répondait à des questions sur l’insuffisance des parkings.

Cela m’a permis de compléter la discussion. Il est vrai que beaucoup de familles ont désormais 2 voitures, que les parents sont toujours demandeurs de places devant l’école pour pouvoir poser en sécurité, mais le plus rapidement possible, leurs enfants, que les constructions récentes, dues au dynamisme de la ville, génèrent de nouveaux besoins, car les places de parkings en sous-sol ne suffisent pas aux usagers... Mais peut-on imaginer une ville dans laquelle on prévoit autant de places de stationnement que de demande ?

Il y a un exemple évident. Les grandes surfaces, qui ne veulent évidemment surtout pas perdre un client sont prêtes à dépenses beaucoup pour augmenter le nombre de places de parkings.. construction en étage comme à Auchan, parkings immenses et bouchons garantis... [1]

Qui peut imagine une ville qui serait faite comme un immense centre commercial, où l’espace serait principalement utilisé pour des parkings... ???

Il faut donc bien trouver d’autres solutions..

Pour aller à l’école par exemple, dans un quartier comme Joliot-Curie, pourquoi ne pas organiser un trajet collectif pour un groupe d’enfants, pouvant se retrouver pour aller en marchant jusqu’à l’école voisine, accompagné par un ou deux parents ? C’est ce qu’on appelle désormais un "pédibus"... Là ou des parents ont réussi à le mettre en place dans d’autres villes, cela fonctionne... Les enfants sont en sécurité, les parents peuvent aller à leur travail... Une expérience a été tenté sans succès au Moulin à Vent... Mais tout est une question de volonté !

La discussion s’est poursuivie un moment ...

Mais j’en profite pour dire que c’est un sujet qui est à la fois un sujet du quotidien, et un sujet de l’avenir de notre ville... Si nous pouvions rêver d’un transport en commun, aussi rapide que la voiture, financé paritairement par les entreprises pour en réduire le coût, et innervant tous les quartiers par un réseau fin de petit véhicule permettant de rejoindre facilement métro et tramway...

Au lieu de nous parler de la crise et de financer les dettes monstrueuses de grandes banques, dettes qui sont payées par l’état, qui emprunte pour cela sur des marchés financiers ou ce sont sans doute les mêmes qui prêtent d’une main ce qu’on leur donne de l’autre..., l’état ferait mieux d’investir massivement dans les

transports publics ! en relançant les industries nécessaires, et en ouvrant enfin une solution pour les déplacements en ville...

L’adresse originale de cet article est http://pam.venissieux.org/Au-square-des-maraichers

[1on peut se demander d’ailleurs pourquoi tant de gens continuent à aller à Auchan pour se retrouver dans des bouchons qui font perdre parfois près d’une heure...