La lettre des élus communistes et apparentés de Vénissieux N°57- mai 2020
Vive le service public !
Edito + lettre n°57 à télécharger
Article mis en ligne le 27 mai 2020

par Pierre-Alain Millet

La situation de crise que nous vivons est une épreuve de vérité. Tous ceux qui répétaient depuis des années qu’il y avait trop de dépenses publiques, trop de fonctionnaires, trop de dépenses de santé, trop d’hôpitaux... tous ceux là doivent se taire et applaudir celles et ceux qu’ils dénonçaient hier !

Oui, nous avons besoin de plus d’infirmières, de médecins, d’aide-soignants de plus de lits d’hôpitaux, de plus de médecins de ville.

Oui, nous avons besoin de plus de services publics, donc de plus de fonctionnaires pour assurer les services essentiels !

Oui, la commune est le premier lieu de citoyenneté de proximité, le lieu où on peut organiser l’urgence, la solidarité...

Après l’incendie de Notre-Dame de Paris, certains grands riches s’étaient offerts un coup de pub en annonçant des dons faramineux. Vous avez remarqué comme ils sont silencieux dans cette crise du COVID ? Ils n’ont pas proposé de financer les milliards du plan d’urgence, ni le chômage partiel, ni l’assurance des commerçants et artisans... !

Ce sont les communes, les services publics et l’État qui assurent cette responsabilité commune pour vivre avec le virus, prévenir, protéger et soigner le plus grand nombre.

Ce sont les communes, les services publics et l’État qui peuvent assurer la continuité de notre cadre de vie, et répondre aux besoins des familles, des travailleurs, des jeunes.

C’est une leçon à tirer et nous ne laisserons pas Emmanuel Macron nous parler des « jours heureux » sans nous faire entendre. La seule réponse à la crise sanitaire, c’est un changement radical de politique nationale, le retour de l’État partout, des services publics partout, et le retour au rôle primordial des communes !